Kit mobilité

Sarl

< retour
Je suis un artiste français,
Je me structure
Je crée une SARL


La SARL (société à responsabilité limitée) est la forme de société la plus répandue en France.

Elle a pour principale caractéristique de limiter la responsabilité des associés. Elle peut s'adapter à de nombreuses situations, y compris dans le secteur artistique ou du spectacle.


La SARL doit être constituée de 2 associés au minimum et de 100 au maximum. Il n’y a pas de montant minimum de capital social qui est librement fixé par les associés en fonction de la taille, de l'activité, et des besoins en capitaux de la société. Les apports peuvent être réalisés en numéraire (espèces ou chèque) ou en nature (biens divers transférés à la société). Les apports en numéraire doivent être libérés (c'est-à-dire versés) d'au moins un cinquième de leur montant au moment de la constitution de la société. Le solde doit impérativement être libéré dans les 5 ans
Les apports en industrie (représentatifs de compétences, de talents, de savoir faire, etc..) sont autorisés. Ils n'entrent toutefois pas dans la constitution du capital social, mais ils permettent à l'associé de participer au vote en assemblée générale, et lui ouvrent droit au partage des bénéfices. Les associés non gérants ne sont responsables que dans la limite de leurs apports en cas de faillite de la société. Les gérants sont responsables au delà de leurs apports civilement (notamment en cas de faute de gestion) et pénalement.

La société est dirigée par un ou plusieurs gérants, personnes physiques obligatoirement, nommés parmi les associés ou en dehors d'eux. En l'absence de limitations statutaires, les gérants ont tous pouvoirs pour agir au nom et pour le compte de la société. Leur nomination et leurs pouvoirs sont fixés, soit dans les statuts, soit dans un acte séparé.


Les associés se réunissent au minimum une fois par an en assemblée générale ordinaire (AGO).

La SARL est soumise de droit à l'impôt sur les sociétés. Il est toutefois possible d'opter pour l'impôt sur le revenu.

Le gérant majoritaire est affilié au régime des travailleurs non-salariés (TNS).

Le gérant minoritaire ou égalitaire relève du régime social des "assimilés-salariés" au regard de sa protection sociale. Il bénéficie donc du régime de sécurité sociale et de retraite des salariés, mais pas de l'assurance chômage et des dispositions du droit du travail.

Le gérant minoritaire peut éventuellement cumuler les fonctions de gérant avec un contrat de travail relatif à des fonctions techniques distinctes, s'il est possible d'établir un lien de subordination entre lui et la société.

Le gérant égalitaire ne peut, quant à lui, avoir un contrat de travail pour des fonctions distinctes de son mandat social.

Quelle que soit leur situation, qu'ils soient minoritaires/égalitaires ou majoritaires, les gérants relèvent du même régime fiscal que les salariés.
Leurs rémunérations sont par conséquent imposées dans la catégorie des traitements et salaires (TS) à l'impôt sur le revenu.

Les principaux avantages d’une SARL sont donc la responsabilité des associés limitée aux apports, une évolutive facilitant le partenariat, possibilité pour le dirigeant d'avoir la couverture sociale des salariés. Les principaux inconvénients sont inhérents à la forme société plus qu’au type SARL (fais et formalisme de constitution, formalisme de fonctionnement.).